Une histoire de Rois (Val de Loire).

AUX ALENTOURS DE BLOIS ET TOURS.

C'est dans la partie Ouest de la France que l'on trouve le Val de Loire. Partant d'Angers pour aller jusqu'à Orléans, cette portion du plus grand Fleuve de France est inscrite au patrimoine de l'UNESCO depuis les années 2000. Il doit sa renommée aux centaines de Châteaux qui y sont installés tout au long de sa remontée, dont les plus célèbres sont entre autre Chambord, Blois ou encore Cheverny ... Mais également aux diverses spécialités gastronomiques qui le rend si particulier.


Un point de géographie...


Sur un fleuve qui mesure 1012 kilomètres, près de 280 sont inscrit à l'UNESCO ! Pas mal, non ?


Val et Vins.

Muscadet Sèvre-et-Maine, Cabernet d'Anjou, Saumur Champigny, Chinon... Cela vous parle ? Sur les 16 grands vignobles Français, celui de la Loire (pour le coup, de sa source en Ardèche à son estuaire à Nantes) propose la plus grande surface viticole avec près de 70.000 hectares dont 52.000 classés en AOC - AOP (Appellation d'Origine Controlée / Protégée).



Qui dit Vin(s) dit ... fromage(s) et charcuterie(s) évidemment. Notre beau pays est réputé pour sa gastronomie et on sait pourquoi ! Mais penchons-nous sur notre destination ... Le val de Loire ravira le gastronome qui sommeille en vous !

Traversée par le Loir, la Loire et le Cher, la ville de Blois ne propose pas de spécialités gastronomiques. En revanche, en se dirigeant vers le Sud de la ville, on traversera les vignes de l'AOC Touraine Oisly ou Chenonceaux, et de l'AOC Cheverny. Puis on arrivera en bordure du Cher, vers la commune de Selles-sur-Cher d'où provient un excellent fromage de chèvre du même nom. En continuant à l'Ouest, on arrivera sur Sainte-Maure-de-Tourraine, où est fabriqué également un fromage de chèvre absolument excellent que je vous recommande. Faites cependant attention, le vrai Sainte-Maure dispose d'une AOP, ainsi que d'une paille de seigle en son centre.

Val et Mets.



Val avec Vues.

RICHE EN VINS, RICHE EN GOÛT, LE TERRITOIRE DU VAL DE LOIRE DISPOSE D'UN RICHE PANEL DE CHÂTEAUX...


 Quoi de plus mystérieux et de plus incroyable que le Domaine de Chambord ?

 

C'est à la demande du Roi François Ier que les travaux débutent en l'an 1519. Mais en 1547, le roi décède sans avoir pu assister à la fin des travaux. C'est son fils, Henri II, qui prendra la suite la même année. En 1556, le chantier est suspendu.

 

 Il faudra attendre l'arrivée au pouvoir de Louis XIV (dit "Roi Soleil"), en 1643, pour que les travaux se terminent. Dès lors, nombre de "personnalités" vont se succéder au sein de ce domaine (Stanislas Leszczynski, roi de Pologne; Maréchal Maurice de Saxe, Duc de Bordeaux...)

 

Près de 200 ans (en 1840) plus tard, le Château est inscrit sur la liste des Monuments Historiques de France, et rejoint le classement du Patrimoine Mondial de l'UNESCO en 1981.



JE VOUS PROPOSE DE PARTIR AVEC MOI À LA DÉCOUVERTE DE CET EXTRAORDINAIRE CHÂTEAU...

"Chambordons" ensemble !


L'actuelle Chapelle du Village.

Lorsque l'on entre réellement dans le Château, on se retrouve face à une merveille d'architecture : l'escalier à double révolution. La légende dit que Léonard De Vinci aurait dessiné les plans de cet escalier. Le mystère réside dans le fait que, si par hasard, deux personnes empruntent une rampe différente, elles se voient par les ouvertures, mais ne se croisent jamais...

L'escalier à double révolutions.

Un domaine ... Grandiose.

Sur les quelques 5.440 hectares que proposent le domaine, un petit millier est ouvert au public. Dans cet espace préservé sont observé et protégés près de 200 espèces animales, dont les principaux sont Cerfs et Sangliers. Mais on trouvera aussi des salamandres, chauve-souris, tritons...

L'arrivée au Domaine se fait depuis l'ancien village du Château où se trouve aujourd'hui boutiques et restaurants. On est tout de suite subjugué par la beauté et l'immensité du Château qui domine tout. Une fois la billetterie passée, on longe un chemin qui nous dirige vers l'entrée principale, en passant en dessous de la Chapelle Saint-Louis (qui sert aujourd'hui pour les habitants du village actuel).

Vue depuis le Côté Ouest du Château.

Déambuler dans les quelques 450 pièces du Bâtiment, c'est s'immerger dans la vie d'autrefois, avec les meubles, les décorations et les immenses tapisseries recouvrant la plupart des murs.

 

Ce que j'ai trouvé le plus impressionnant est sans doute les logis de François Ier, en particulier son lit, de dimensions exceptionnelles (environ 2m50 de hauteur !).

 

Et bien évidemment, les vues proposées depuis Les Terrasses qui donnent un "petit" aperçu de l'étendu du Domaine. 

Le saviez-vous ?

 La surface du domaine de Chambord intra-muros correspond, à peu de choses près, à la surface de Paris intra-muros ! La longueur du mur qui entoure le domaine représente 32 kilomètres, tout comme ... Le périphérique !

Chambord est donc un joyau d'architecture et un formidable conservatoire de la faune et la flore. Avec près de 730.000 visiteurs pour l'année 2016 rien que pour le Château (environ 800.000 pour le Château et les activités alentours), Chambord s'inscrit dans l'un des nombreux sites touristiques qui font la renommée de notre pays. Si vous avez l'occasion ... 



Quelques informations.

ACCÈS :

Depuis Blois : 25 minutes.

Depuis Paris : 2 heures.

Depuis Lyon : 4 heures 15 minutes.

 

TARIFS DES PARKINGS :

P1 véhicules légers (600 m du Château) : 6,00 € la journée.

P2 véhicules légers (750 m du Château) : 4,00 € la journée.

P2 camping cars (750 m du Château) : 11,00 € les 24 heures.

TARIFS DU CHÂTEAU + JARDINS :

13,00 € plein tarif.

11,00 € tarif réduit.

Gratuité pour certain public.

(Voir détails des tarif sur le site en cliquant ici).

 



Pierres de Ville, Pierres de Vie.

Si Chambord reste un incontournable du Val de Loire, les autres Châteaux valent aussi leur visite. Je pense entre autre au Château Royal de Blois. Dominant la Loire ainsi que la ville, cet édifice voit sa construction s'étaler du Xème Siècle pour sa première partie, jusqu'au XVIIème pour l'aile "Gaston d'Orléans". Le bâtiment a accueilli Jeanne d'Arc en 1429, mais aussi 7 rois et 10 reines de l'Histoire Royale Française. On pensera entre autre à Henri II, Catherine de Médicis ou François Ier...


Une arrivée ... Impressionnante.

L'arrivée dans la Cour du Château Royal de Blois ne peut être qu'impressionnante. En effet, lorsque l'on se présente sur la Place du Château, on est marqué par la façade sublime du bâtiment. Issue du style Flamboyant et bâtie de 1498 à 1501, l'aile "Louis XII" se remarque par la richesse des décors qui la compose et qui caractérise cette époque architecturale : courbes et contre-courbes, donnant un aspect de flamme à l'ensemble.

 Au dessus de la grande arche qui marque l'entrée principale, on ne peut remarquer l'immense statue équestre : il s'agit de Louis XII. Elle a été détruite lors de la Révolution Française en 1792 et remplacée en 1858 par une copie du sculpteur Seurre. En dessous, il y a aussi trois autres symboles de marque : le Porc-épic, la lettre "L" et la lettre "L". Respectivement, le premier disait que cet animal pouvait lancer ses piquants à l'ennemi, c'est d'ailleurs d'ici que viendrait l'expression "qui s'y frotte, s'y pique !". Les lettres font référence à Louis XII et Anne de Bretagne.

Il l'a fait construire pour laisser sa marque, comme beaucoup d'autres (Napoléon Ier avec l'Arc de Triomphe à Paris, François Ier et ses marques "F" ou encore François Mitterrand et la Pyramide du Louvre ...).



Un panorama architectural.

Après le Moyen-Âge...

Progressivement, les autres éléments vont s'installer progressivement à travers les siècles : Aile Louis XII et Chapelle Saint-Calais, Aile François Ier puis Aile Gaston d'Orléans. Il faudra tout de même près de 400 ans pour que le Château trouve sa configuration actuelle !

Une fois le porche passé, on arrive dans la Cour Royale où l'on a une véritable panorama de l'histoire architecturale Française. En effet, 4 périodes se regroupent sur les quatre ailes du bâtiment :

> Le style Gothique pour le Château du Moyen-Âge (XIIIème Siècle), à droite.
> Le style Renaissance pour l'aile François Ier (1515 - 1520), marqué par l'escalier monumental donnant sur la cour.
> Le style Classique, ou Classicisme pour l'aile Gaston d'Orléans (1635 - 1638), en face.
> Le style Flamboyant pour la façade de l'entrée principale, ainsi que de la chapelle Saint-Calais, sur la gauche.

Autant de styles, il y a de quoi perdre la tête ! Pour visualiser l'évolution de la construction du Château, il faut partir du Moyen-Âge, avec le style Gothique (en vert sur la photo). À l'époque, le Château de Blois n'est pas très grand...

Comme vous pouvez le voir, on est très, très loin de la sublime forteresse d'aujourd'hui. Vous remarquerez que de cette petite bâtisse, il ne subsiste que le Château (sur la droite), les créneaux ont disparu, tout comme la Tour, l'église, ainsi que le portail en contrebas du Château.


Quoi de mieux qu'une vidéo pour comprendre ? Je vous propose cette vidéo d'un peu plus de 3 minutes pour contextualiser les choses...


Tour d'horizon du Château...



Quittons Blois...

... Pour nous aventurer à une vingtaine de kilomètres au Sud, en direction de Cheverny. Le nom ne vous parle peut-être pas, mais il y a dans cette commune de 950 habitants un Château, certes moins célèbre que Chambord ou Blois, mais qui vaut son détour.


Oui, c'est vrai ... Pourquoi vous parler d'un Château qui, présenté comme cela, ne semble avoir aucun intérêt ? Et bien tout simplement par ce qu'on le connaît sous le nom de Moulinsart !

 

Moulinsart ... Le Château de Tintin ! C'est de ce bâtiment qu'Hergé (le dessinateur) s'est inspiré pour réaliser les aventures du reporter à la houpette et au pantalon de Golf.

Pourquoi Cheverny ?



Comme vous pourrez le constater, Hergé ne s'est limité qu'à représenter le bâtiment abritant la montée d'escalier ainsi que les deux premières ailes.

Près de 600 ans d'histoire...

Construit entre 1624 et 1634 à l'initiative des Hurault (une riche famille de la région de Blois), Cheverny était surtout apprécié par la Grande Demoiselle (une cousine de Louis XIV). Aujourd'hui, l'aile droite est habité par le Comte et la Comtesse de Vibraye.



Cet article vous plaît ? Partagez !